Beaumonts nature en ville


De nouveaux arrivants aux Beaumonts by beaumonts

De nouveaux habitants

Avec quelques photos de Roland Paul et d’André Lantz.

Les chèvres sont arrivées vers la fin juin au parc pour lutter contre l’envahissement de la zone centrale par des plantes invasives. En effet la richesse en biodiversité de cette partie du parc est essentiellement liée aux prairies, qui sans intervention risque de disparaitre. Le bouc avec ses belles cornes est surnommé J. Bond à cause de son numéro. Les chèvres n’hésitent pas à consommer le feuillage des arbres.

Bouc, 25 juin 2011, cliché Roland Paul

chèvre, 11 juillet 2011, cliché André Lantz

Le Flambé (Iphiclides podalirius) était commun au XVIII et XIX siècle. On pouvait l’observer en Île de France dans les bois de Boulogne et de Vincennes. L’éradication des haies où poussent prunelliers, aubépines et cerisiers de Sainte Lucie et la pollution ont fortement réduit ses populations. Cette espèce est protégée en Île de France depuis 1993. Son retour semble se faire très progressivement car on ne le rencontrait plus que dans la Seine et Marne et l’Essonne. Son observation en Seine-Saint-Denis est donc particulièrement précieuse. Ce Papillon est bivoltin (deux générations par an).

Le Flambé près de la mare perchée, le 15 juillet 2011, cliché André Lantz

La Mélanthie pie (Melanthia procellata) est beaucoup plus commune, mais cette géomètre ne vole pas en plein jour et c’est la première fois qu’elle a pu être identifiée. La chenille se développe sur la clématite particulièrement abondante au parc.

la Mélanthie pie, 10 juillet 2011, cliché André Lantz

La Cétoine dorée (Cetonia aurata) peut se présenter sous des couleurs verte ou bronze. Des petites stries blanches agrémentent la coloration métallique des élytres. L’adulte aime se nourrir du pollen des fleurs. Cette cétoine était plus abondante cette année que l’an passé. 

la Cétoine dorée sur sureau yèble, 9 juillet 2011, cliché Roland Paul

 

Cétoine dorée sur sureau yèble, 29 juin 2011, cliché André Lantz

Le Syrphe ceinturé (Episyrphus balteatus) est un des syrphes les plus communs. Les syrphes imitent souvent les hyménoptères par leur forme et leur couleur. Les larves peuvent être saprophages, phytophages ou prédatrices de pucerons ou de larves d’hyménoptères. Le syrphe ceinturé grâce à son dessin très caractéristique sur l’abdomen ne peut être confondu avec d’autres espèces. Les larves consomment des pucerons ou des larves d’hyménoptères Tentrénides. C’est une espèce migratrice.

Syrphe ceinturé, 9 juillet 2011, cliché Roland Paul

 L’Hélophile suspendu (Helophilus pendulus) est un syrphe dont les larves se trouvent dans les eaux particulièrement riches en éléments nutritifs. Ces larves sont communément appelées vers queue-de-rat. Il existe plusieurs espèces voisines.

Hélophile suspendu, 11 juillet 2011, cliché André Lantz

Une guêpe noire ( Isodontia mexicana) venue d’Amérique du nord a commencé à coloniser le sud  de la France vers les années 60. Elle est maintenant présente un peu partout en France. On pouvait en voir butiner plusieurs exemplaires sur les fleurs de sureau yèble. Le site suivant  présente les différentes guêpes dont cette guêpe mexicaine.

Guèpe mexicaine, Isodontia mexicana sur sureau yèble, 24 juin 2011, cliché André Lantz

André Lantz le 18 Juillet 2011.
Publicités