Beaumonts nature en ville


Printemps d’Avril by beaumonts

Toujours le printemps 

Le Soleil et la chaleur d’avril ont fait éclore les fleurs et émerger les insectes avec une quinzaine de jours d’avance.

Le Bombyx du chêne ou le minime à bandes jaunes désigné également par trotte-vite dans le Berry (Lasiocampa quercus) est un papillon que l’on peut rencontrer dans le parc en général en juillet. Le mâle vole de jour de manière très rapide en zigzaguant à la recherche des femelles. Thierry Laugier a eu la chance de le trouver immobile.

Bombyx du chêne, 3 août 2008, cliché Thierry Laugier

Les chenilles ne se nourrissent pas comme le nom de l’espèce pourrait le faire croire uniquement des feuilles de chênes, d’ailleurs très peu nombreux au parc ! Elles consomment les feuilles d’autres arbres, arbustes et plantes basses. La chenille commence son développement à partir de la fin de l’été, puis hiverne et reprend son activité au printemps. Cette chenille photographiée dans la partie boisée s’alimente de lierre, plante qui recouvre presque entièrement les sous-bois et les troncs des arbres. En altitude la chenille peut même hiverner deux fois.

 

chenille de Bombyx du chêne, 25 avril 2011, cliché André Lantz

Chez les diptères la famille des Limoniidae est proche des Tipulidae. Cette belle espèce de sous-bois ou de lisière vole au printemps. Il s’agit d’Epiphragma ocellare. Le nom de l’espèce provient des dessins en forme d’ocelles disposés sur les ailes.

Epiphragma ocellare sur feuille de cornouiller sanguin, 1 mai 2011, cliché André Lantz

La syrphe du groseillier (Syrphus ribesii) est un diptère très utile. Sa larve dévore en effet une grande quantité de pucerons. Cette espèce vole d’avril à septembre en plusieurs générations. Comme la plupart des syrphes l’adulte se déplace par mouvements brusques ou en procédant à un vol stationnaire.

 

Syrphe du groseillier, 21 avril 201, cliché Roland Paul

 

Syrphe du groseillier en vol stationnaire, 21 avril 2011, cliché Roland Paul

L’éristale des fleurs (Myathropa florea) est un peu velue et peut ressembler à une abeille. Le mésonotum, partie moyenne du thorax bien visible, présente chez cette espèce des bandes grises évoquant un peu une tête de mort.

L'eristale des fleurs, 1 mai 2011, cliché André Lantz

 André Lantz le 2 mai 2011.
Publicités

Laisser un commentaire so far
Laisser un commentaire



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s



%d blogueurs aiment cette page :